Tout savoir sur la femme fontaine et les infections urinaires

femme fontaine et infection urinaire

Publié le : 29 février 20246 mins de lecture

Les femmes dites « fontaines » sont souvent sujettes à de nombreuses questions, notamment concernant leur santé. L’un des problèmes majeurs qui peut être associé aux femmes fontaines est l’infection urinaire. Dans cet article, nous allons explorer en détail le lien potentiel entre ces deux phénomènes, ainsi que les différentes solutions pour prévenir et traiter les infections.

Qu’est-ce qu’une femme fontaine ?

Une femme fontaine est une femme qui expulse un liquide lors de l’orgasme ou du rapport sexuel. Cette expulsion se produit généralement au moment de l’orgasme, mais peut aussi avoir lieu indépendamment de celui-ci. Ce phénomène touche environ 10 à 20% des femmes.

Il est important de souligner que ce liquide n’est pas de l’urine, et ne provient pas non plus des glandes de Bartholin (situées près de l’entrée du vagin), mais plutôt des glandes de Skene, qui sont situées autour de l’urètre. Le liquide en question contiendrait notamment des enzymes proches de celles présentes dans le sperme masculin, comme la phosphatase acide prostatique et la prostate spécifique antigen (PSA).

Infections urinaires chez les femmes : symptômes et causes courantes

Les infections urinaires, également appelées cystites, sont très fréquentes chez les femmes. Elles toucheraient de fait environ 60% des femmes au moins une fois dans leur vie. Parmi les symptômes classiques de l’infection urinaire, on peut citer :

  • La sensation de brûlure lors de la miction.
  • Des douleurs pelviennes.
  • Une envie fréquente et impérieuse d’uriner.
  • De l’urine trouble ou malodorante.

Les infections urinaires sont le plus souvent causées par la présence de bactéries, notamment la bactérie Escherichia coli (E. coli), qui pénètrent dans l’urètre et remontent jusqu’à la vessie. Plusieurs facteurs de risque peuvent favoriser cette contamination, comme les rapports sexuels, la grossesse, l’utilisation de certaines méthodes contraceptives (diaphragme, spermicide) ou encore un affaiblissement du système immunitaire.

éjaculation feminine femme fontaine

Femme fontaine : un risque accru d’infections urinaires ?

Pour répondre à cette question, il est essentiel de prendre en compte les caractéristiques de ces deux phénomènes et d’étudier les différents facteurs favorisant les infections urinaires chez les femmes fontaines.

Rapports sexuels et risque d’infections

Tout d’abord, il convient de souligner que les rapports sexuels sont l’un des principaux facteurs de risque des infections urinaires. Ainsi, il est possible que les femmes fontaines soient plus sujettes aux infections urinaires en raison de la présence de liquide provenant des glandes de Skene aux alentours de l’urètre, facilitant potentiellement la migration des bactéries vers la vessie. De plus, certaines positions sexuelles peuvent également augmenter les risques d’infections urinaires en favorisant le contact entre l’anus et l’entrée de l’urètre.

La composition du liquide expulsé

Un autre élément à prendre en compte est la composition du liquide expulsé par les femmes fontaines. Comme mentionné précédemment, il contiendrait notamment des enzymes proches de celles présentes dans le sperme. Il a été suggéré que ce type de liquide pourrait avoir des propriétés antibactériennes, permettant ainsi de prévenir ou limiter certaines infections. Toutefois, aucun lien formel n’a été mis en évidence entre la présence de ces substances et une réduction des risques d’infections urinaires.

Solutions pour prévenir et traiter les infections urinaires chez les femmes fontaines

Il est essentiel de mettre en place des mesures pour prévenir les infections urinaires et éviter leur récidive chez les femmes fontaines, entre autres :

Une bonne hygiène intime

Il est important d’avoir une hygiène intime adéquate pour éviter la prolifération des bactéries. Notamment, il faut se méfier des gels douche agressifs, qui peuvent fragiliser la flore et favoriser le développement d’une infection. Privilégiez plutôt des produits doux non parfumés ou des savons spécifiques pour la toilette intime.

Adopter les bonnes pratiques lors des rapports sexuels

Pour réduire le risque d’infections urinaires liées à l’activité sexuelle, il est conseillé de choisir des positions qui minimisent le contact entre l’anus et l’entrée de l’urètre. De plus, uriner après un rapport sexuel permettra d’éliminer une partie des bactéries potentiellement présentes. Enfin, privilégiez l’utilisation de préservatifs plutôt que de spermicides ou de diaphragmes, ces derniers pouvant favoriser l’apparition d’infections.

Traitement médical en cas d’infection urinaire avérée

Si vous souffrez d’une infection urinaire, il est impératif de consulter un médecin. Le traitement habituel consiste en la prise d’antibiotiques adaptés, généralement sur une courte durée (3 jours). Suivez bien les recommandations du professionnel de santé et prenez soin de respecter la posologie et la durée du traitement.

En cas de récidives fréquentes d’infections urinaires, des examens complémentaires peuvent être réalisés pour déterminer s’il existe une cause sous-jacente, telle qu’une malformation anatomique ou un problème de fonctionnement de la vessie.

En conclusion, même si les femmes fontaines peuvent potentiellement être davantage exposées aux infections urinaires en raison de certaines spécificités anatomiques et physiologiques, il semble toutefois important de rappeler que l’adoption de bonnes pratiques d’hygiène intime et sexuelles demeure la meilleure façon de prévenir ces infections. Dans tous les cas, le diagnostic et la prise en charge médicale appropriée sont essentiels pour limiter les complications.

Comment retarder l’éjaculation pour une expérience sexuelle prolongée ?
Comment savoir si je suis vierge sans consulter un médecin ?

Plan du site