Où se trouve le clitoris et à quoi sert-il ?

ou se trouve le clitoris
Le clitoris, organe méconnu et souvent réduit à sa partie visible, joue un rôle central dans le plaisir sexuel féminin. Découvrons son anatomie complexe, ses différentes parties et leurs fonctions, ainsi que son rôle clé dans l'atteinte de l'orgasme. Nous aborderons également les problématiques et les soins liés à cet organe essentiel à l'épanouissement sexuel des femmes.

Anatomie du clitoris

Anatomie interne du clitoris

Le clitoris comprend :
  • Le gland, seule partie visible, très innervé et sensible ;
  • Le corps, qui se prolonge à l'intérieur du bassin ;
  • Les piliers, deux branches qui s'ancrent de chaque côté du pubis ;
  • Les bulbes, tissus érectiles entourant le vagin.
Toutes ces structures sont interconnectées et peuvent gonfler sous l'effet de l'excitation sexuelle, bien que seul le gland soit doté de terminaisons nerveuses du plaisir.

Un organe dédié au plaisir

Contrairement au pénis, le clitoris n'a aucun rôle dans la reproduction. Sa seule fonction connue est de procurer du plaisir sexuel à la femme grâce à sa riche innervation (il concentrerait jusqu'à 8000 terminaisons nerveuses !). Sa stimulation, directe ou indirecte, peut déclencher l'orgasme clitoridien. Pourtant, son anatomie complète et son fonctionnement restent encore mal connus, y compris des femmes elles-mêmes. Longtemps considéré comme secondaire ou tabou, le clitoris n'a commencé à être étudié en détail qu'à partir de la fin du 20e siècle. Aujourd'hui encore, il est fréquent que les manuels d'anatomie ne le représentent que partiellement. Une meilleure connaissance de cet organe complexe permettrait pourtant à chacun et chacune de mieux appréhender son corps et sa sexualité. Explorer son clitoris, comprendre ce qui procure des sensations agréables, communiquer avec son ou sa partenaire... Voilà quelques clés pour s'approprier cet organe encore mystérieux et accéder à une sexualité féminine plus épanouie !

Rôle du clitoris dans le plaisir sexuel

Un bouquet de terminaisons nerveuses

Le gland du clitoris concentre entre 8000 et 10000 terminaisons nerveuses, soit une densité unique dans le corps humain. A titre de comparaison, le gland du pénis n'en contient "que" 4000. Cette innervation très riche explique l'extrême sensibilité du clitoris et sa capacité à procurer un plaisir intense lors de sa stimulation. Les différentes parties du clitoris, visibles et internes, sont recouvertes de mécanorécepteurs variés (disques de Merkel, corpuscules de Pacini, de Ruffini...) réagissant chacun à des types spécifiques de stimuli comme la pression, les vibrations ou le frottement. Sous l'effet d'une excitation sexuelle, ces récepteurs transmettent au cerveau une cascade de signaux à l'origine de la montée du plaisir.

Techniques de stimulation

La stimulation du clitoris peut être directe, par des caresses ou pressions sur le gland ou le capuchon, ou plus indirecte via un frottement des petites lèvres et des bulbes vestibuaires. La zone clitoridienne répond à une grande variété de touchers, de l'effleurement le plus délicat aux vibrations les plus intenses.
Type de stimulation Zone stimulée
Pression, frottement Gland du clitoris
Caresses, vibrations Capuchon clitoridien
Pression, pénétration Bulbes vestibulaires
La pénétration vaginale peut aussi, de façon indirecte, stimuler le clitoris via ses racines internes enserrant le vagin. Les contractions des muscles ischio-caverneux et bulbo-spongieux lors de l'excitation compriment aussi les corps caverneux et les bulbes, contribuant à la montée de la tension sexuelle.

Un orgasme explosif

L'orgasme clitoridien, souvent décrit comme plus intense que l'orgasme vaginal, résulte d'une stimulation soutenue amenant à un pic de plaisir se propageant à l'ensemble du bassin et du corps. Cet orgasme peut être obtenu par une auto-stimulation (masturbation) ou lors d'un rapport avec un/une partenaire. "L'orgasme clitoridien est une véritable "tempête" neurologique et vasculaire : sous l'effet d'une stimulation intense et répétée, l'afflux sanguin gonfle les tissus érectiles, comprime les terminaisons nerveuses et déclenche des contractions réflexes des muscles pelviens, le tout se traduisant par un ressenti de plaisir extrêmement puissant." Sylvain Meyer, urologue Au-delà de sa fonction hédonique, on ignore encore si l'orgasme clitoridien a d'autres "utilités" physiologiques. Certains chercheurs avancent qu'il pourrait favoriser la fécondation en modifiant le pH vaginal et en activant la mobilité des spermatozoïdes, mais ces hypothèses restent à confirmer. Quoi qu'il en soit, le clitoris demeure l'épicentre incontesté du plaisir sexuel féminin. Sa (re)découverte anatomique récente et sa réappropriation par les femmes en font aujourd'hui un véritable symbole de l'épanouissement sexuel. Un trésor à chérir !

Comparaison anatomique avec le pénis

Une origine embryonnaire commune

Les similitudes anatomiques entre le clitoris et le pénis s'expliquent par leur origine embryonnaire commune. Jusqu'à la 8e semaine de gestation, les organes génitaux externes de l'embryon ne sont pas différenciés. C'est ensuite sous l'action des hormones, notamment la testostérone chez le fœtus mâle, que se développent spécifiquement le pénis ou le clitoris à partir des mêmes tissus de base.

Homologies anatomiques

Le clitoris et le pénis présentent de nombreuses structures homologues :
  • Le gland du clitoris correspond au gland du pénis
  • Le corps et les piliers du clitoris sont l'équivalent des corps caverneux du pénis
  • Les bulbes vestibulaires du clitoris correspondent au corps spongieux du pénis
  • Le capuchon et le frein du clitoris sont homologues au prépuce et au frein du pénis

Une vascularisation et une innervation similaires

Tout comme le pénis, le clitoris est un organe érectile. Ses tissus spongieux et caverneux sont richement vascularisés par les artères clitoridiennes, permettant l'afflux sanguin lors de l'excitation sexuelle. Le clitoris devient alors turgescent et augmente de volume, bien que son érection soit moins proéminente que celle du pénis. Le clitoris est également doté d'une innervation très dense, en particulier au niveau du gland, comportant plus de 8000 terminaisons nerveuses. Cette innervation issue des nerfs pudendaux permet une grande sensibilité et la transmission du plaisir sexuel de façon similaire au pénis.

Différences fonctionnelles

Malgré ces nombreuses homologies, le clitoris et le pénis présentent des différences marquées dans leurs fonctions :
  • Le pénis permet à la fois la miction, la pénétration et l'éjaculation, tandis que le clitoris a pour seule fonction le plaisir sexuel
  • La majeure partie du clitoris (corps, piliers, bulbes) est interne et non visible, alors que le pénis est un organe presque entièrement externe
  • La stimulation du gland du clitoris ne suffit généralement pas à elle seule à provoquer l'orgasme féminin, qui requiert souvent une stimulation plus globale de toute la région vulvaire
En conclusion, le clitoris est véritablement un organe complexe au cœur de la sexualité féminine. Sa comparaison anatomique avec le pénis, malgré des fonctions différentes, permet de mieux appréhender cette complexité et de prendre conscience de son importance dans le plaisir sexuel féminin, longtemps négligé.

Problématiques et soins du clitoris

Irritations et démangeaisons du clitoris

Le clitoris est sujet aux frottements et pressions à cause de sa position externe. Le port de vêtements serrés comme des strings ou jeans moulants peut irriter le gland et le capuchon. L'utilisation de produits d'hygiène agressifs, une toilette excessive ou une réaction allergique (latex de préservatif, lubrifiant...) sont d'autres causes fréquentes d'irritation. En cas de démangeaisons persistantes, il faut consulter un médecin. Des crèmes apaisantes à base de cortisone peuvent être prescrites. Il est aussi recommandé de porter des sous-vêtements amples en coton et d'utiliser un savon doux non parfumé pour la toilette.

Infections : mycoses et IST

La vulve et le clitoris peuvent être infectés par des champignons, en particulier le Candida albicans responsable de la mycose génitale. Cette dernière se manifeste par des démangeaisons, des rougeurs et parfois des pertes blanches. Un traitement local antifongique est efficace. Certaines infections sexuellement transmissibles (IST) comme l'herpès génital touchent aussi le clitoris. Des lésions douloureuses apparaissent sur le gland et les petites lèvres. Un traitement antiviral permet d'accélérer la guérison, mais les récidives sont fréquentes. Le préservatif reste le meilleur moyen de prévention des IST.

Blessures et saignements

Le frein du clitoris, le prépuce et le gland peuvent subir des microdéchirures lors de rapports trop brutaux, suite à un coup d'ongle ou après l'épilation de la zone. Ces blessures superficielles sont souvent bénignes mais très douloureuses. Des saignements importants nécessitent une consultation médicale. Il faut alors désinfecter la plaie et laisser cicatriser en évitant les contacts. Le piercing du clitoris augmente les risques infectieux et traumatiques. Il doit être réalisé par un professionnel qualifié dans des conditions d'hygiène strictes. Une bonne cicatrisation nécessite des soins quotidiens pendant plusieurs semaines.
Type de problème Symptômes Traitement
Irritation Démangeaisons, rougeur Crème apaisante, coton
Mycose Démangeaisons, pertes Antifongique local
Herpès Vésicules douloureuses Antiviral oral
Blessure Plaie, saignement Désinfection, abstinence

Quand consulter ?

La plupart des problèmes du clitoris peuvent être pris en charge par le médecin généraliste ou le gynécologue. Une consultation s'impose en cas de :
  • douleur intense et persistante
  • saignement important
  • lésion suspecte (ulcération...)
  • échec d'un traitement bien conduit

L'essentiel à retenir sur l'anatomie et le rôle du clitoris

Le clitoris, bien plus qu'un simple bouton, est un organe complexe dont chaque partie contribue au plaisir sexuel féminin. Son anatomie, similaire à celle du pénis, lui confère une grande sensibilité et une capacité érectile. Organe du plaisir par excellence, sa stimulation entraîne des réactions physiologiques intenses menant à l'orgasme clitoridien. Prendre soin de son clitoris, c'est donc veiller à son épanouissement sexuel et à son bien-être général.
Comment reconnaître un homme impuissant ?
Un homme impuissant peut-il avoir du désir ?

Plan du site